Vie associative : les bonnes adresses pour monter (ou rejoindre) un projet à Rennes
             Située derrière le « 4 Bis », à proximité de la place Charles de Gaulle, la Maison des Association a fermé ses portes en décembre dernier pour une longue rénovation, qui devrait s’achever début 2015. Les organismes qui s’y étaient implantés ont pour la plupart été relogés dans les locaux préfabriqués en face de Carrefour 18,  près d’Henry Fréville. Un peu excentré, mais toujours accessible en métro,  ce centre de ressource « généraliste » reste un point de passage conseillé pour toutes les associations et les bénévoles rennais. Petit tour d’horizon avec Michel Harel, chargé de mission au CRVA.
         
Traditionnellement, la Bretagne dispose d’un tissu associatif particulièrement actif et dense. Une tendance très marquée à Rennes, où l’on recense quelques 6000 associations (pour 210000 habitants environ), soit un ratio largement supérieur à la moyenne nationale. Pour Michel Harel du Centre d’animation et de Ressources à la Vie Associative (CRVA), ce dynamisme est lié à la fois à l’histoire (forte concurrence entre les association religieuses et laïques), et à l’action ancienne des pouvoirs publics. Dès 1960, la ville de Rennes s’était ainsi dotée d’un Office Social et Culturel, qui deviendra une association indépendante en 1977 après la victoire de la gauche aux municipales.
 

Montée de la génération « zapping »
 
L’actuelle Maison des Associations naît en 2004, et regroupe aujourd’hui le CRVA, la CRES, l’APRAS, le Centre du Bénévolat, et Citédia. En 2015, elle accueillera des nouveaux venus comme la radio CANAL B, installée à Maurepas depuis 2006, et BUG, qui anime le réseau social local La Ruche, et gérera le futur QG de la vie associative rennaise. La ville de Rennes a maintenu le niveau de ses subventions, remarque le chargé de mission, mais elle ne pourra pas indéfiniment compenser le désengagement de l’Etat et des collectivités.
 
Pour faire des économies, les associations sont encouragées à mutualiser leurs locaux, et leur matériel,  ce qui n’est pas toujours facile : « elles sont parfois réticentes, car on ne peut pas tout partager, admet Michel Harel. Mais il faut continuer dans ce sens ».  Pour lui, l’émergence de la génération « zapping » (qui s’engage moins longtemps, mais change plus souvent d’association) implique de mieux baliser le parcours des porteurs de projet. Il insiste sur le rôle des centres de ressources spécialisés, qui sont autant de « portes d’entrée » dans le monde associatif.


Les adresses incontournables à Rennes :
 
-       AssoBase (demande de subvention en ligne)
-       La Maison Internationale de Rennes (MIR)
-       Le Jardin Moderne (projets culturels)
-       L’Office des Sports de Rennes (sports et loisirs)
Olivier ROTH - 21 janvier 2013 - Rennes

Liste des commentaires

Ajouter votre commentaire
Afficher tous les commentaires
Note moyenne des internautes (0 commentaire)
Note : 0/10
Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter un commentaire

facultatif
 
Anti-spam :

Twitter

Twitter